RETROPLANE.net Index du Forum
FAQ - Charte - Rechercher - Fichiers - Map - Membres - S'enregistrer - Annuaire - Vérifier ses messages privés - Connexion

Histoire des moteurs - Collection
Aller à la page Précédente
1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13, 14, 15, 16, 17, 18, 19, 20,
21, 22, 23, 24, 25, 26, 27, 28, 29, 30, 31, 32, 33, 34, 35, 36, 37, 38, 39, 40,
41, 42, 43, 44, 45, 46, 47, 48, 49, 50, 51, 52, 53, 54 Suivante

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    RETROPLANE.net Index du Forum -> Aéromodèles Antiques
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Philippe26
Psycho Posteur
Psycho Posteur


Inscrit le: 10 Fév 2015
france.gif

Localisation: Allan près de Montélimar
Âge: 68 Sagittaire

MessagePosté le: 23/05/2022 07:20    Sujet du message: Répondre en citant

Je ne peux qu'être d'accord !

C'est un excellent article.... documenté, détaillé, fort intéressant.....

Bravo !

Philippe



Je ne suis pas vieux, je suis jeune depuis plus longtemps que vous......
I am not old, I am young for longer than you .....
"C'est impossible, dit la Fierté; c'est risqué, dit l'Expérience; c'est sans issue, dit la Raison; mais essayons, murmure le coeur » W.A.Ward
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail  
rapmoz
Stagiaire Posteur
Stagiaire Posteur


Inscrit le: 20 Sep 2017
france.gif


MessagePosté le: 26/05/2022 07:28    Sujet du message: Micron 5CC AA Répondre en citant

Bonjour, quelqu'un a-t'il une explication sur le N° de série de ce Micron 5CC et ses étranges "1" couchés ?





Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé  
outremanchot
Fidèle Posteur
Fidèle Posteur


Inscrit le: 11 Jan 2012
uk.gif

Localisation: Indre et Loire
Âge: 83 Vierge

MessagePosté le: 27/05/2022 07:03    Sujet du message: Répondre en citant

Christian, j'ai réfléchi à cette question il y a très longtemps.
J'ai un ou deux moteurs de la même époque qui indiscutablement ont des numéros de série (un 10cc à rupteur, fixation radiale, par ex.).
La seule réponse que je trouve est que, pendant la période 1945/6/7, il y a eu des tentatives d'instituer un système de numéros de série. Cependant, la rigueur de gestion n'était pas leur point fort et donc cette histoire de numéros n'a pas duré longtemps...
Il faut ajouter aussi qu'il est important de reconnaître un poinçonnage d'origine, car il y en a eu d'autres. "La Source..." poinçonnait également un numéro sur certains moteurs, en particulier les Micron 5, ce qui me contrarie fortement !
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé  
rapmoz
Stagiaire Posteur
Stagiaire Posteur


Inscrit le: 20 Sep 2017
france.gif


MessagePosté le: 27/05/2022 09:58    Sujet du message: N° de série Micron Répondre en citant

Merci Brian,
Notre ami Michel doit faire le pont Cool, peut-être aura-t-il d'autres éléments de réponses à son retour ?
Sinon j'ai trouvé dans SceptreFlight un autre 5CC avec un N° de série lisible et son explication:

http://sceptreflight.com/Model%20Engine%20Tests/Micron%205cc%20%281941%29.html



Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé  
rapmoz
Stagiaire Posteur
Stagiaire Posteur


Inscrit le: 20 Sep 2017
france.gif


MessagePosté le: 27/05/2022 10:16    Sujet du message: Atelier 37 Répondre en citant

Une petite contribution à l'histoire de l'Atelier 37 dont nous a régalé Michel récemment :
J'ai dans ma petite collection un Dynamic 1,5CC qui a la particularité d'être neuf dans une boîte complète et (presque) à l'état de neuf elle aussi :
A part une jaunissure, pas de déchirures, de taches d'huile ou d'écrasement, bref du NIB d'il y a 65 ans, un rêve de collectionneur !



Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé  
outremanchot
Fidèle Posteur
Fidèle Posteur


Inscrit le: 11 Jan 2012
uk.gif

Localisation: Indre et Loire
Âge: 83 Vierge

MessagePosté le: 27/05/2022 10:25    Sujet du message: Répondre en citant

Nah, d'après moi c'est la version romancée de S. Richmond.
Il s'est imaginé que ce numéro là pourrait correspondre à une date et que, en Californie, personne ne va le contredire...
Le numéro sur son moteur ressemble fort au poinçonnage de La Source, et pas du tout à ton numéro de série.
A mon avis, son numéro n'a rien à voir avec une date quelconque, et la date qu'il "voit" est antérieure au lancement du moteur !!!
Enfin, pour constater l'évidence, tu as un numéro de série. Lui prétend que c'est simplement une date qui est poinçonnée. Pas la même chose du tout, et surtout ça ne constitue pas une explication de ton numéro de série.
Selon moi, le numéro sur son moteur est un "code" propre à La Source. J'en ai avec le même police de poinçonnage et des chiffres qui n'ont rien d'une date.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé  
raduga
Accro Posteur
Accro Posteur


Inscrit le: 13 Mai 2010
france.gif

Localisation: Pyrénées orientales
Âge: 63 Taureau

MessagePosté le: 27/05/2022 13:44    Sujet du message: Répondre en citant

Bonjour à tous,
Oui, en W.E mais avec un emploi du temps un peu chargé. Très joli ce DYNAMIC avec sa boite et ses papiers. Sinon pour moi ces numéros sur certains MICRON sont toujours une énigme malgré des recherches.
Sur la photo voici les 2 types que je connais.





En haut c’est un 5AA de 1943 avec cette combinaison de 3 chiffres séparés par des points. J’ai vu cette combinaison jusque sur la version proposée courant 1946 (pointeau incliné vers l’arrière) mais pas sur tous. Il est donc possible que cette numérotation a été abandonnée peu après. Je l’ai vu également sur la première génération du 2,8cc AA (réservoir en charge et petit diamètre de vilebrequin)mais pas sur d'autres, ce qui tendrait à confirmer l’abandon courant 1946. Sans véritable certitude je pense que ces nombres étaient frappés chez MICRON, la signification restant pour moi un mystère complet. Sur celui du bas, un 5 AA vers 1955, c’est juste un nombre. Je n’en ai vu que sur un 10cc avec magnéto, un 29 avec la culasse moulée et un CELTIC de seconde génération mais jamais sr les autres productions aprés 1947 (année de lancement du 10cc) jusqu'à la fin des anées 50. Là c’est le mystère complet. Je n’ai jamais vu de numéros sur les MICRON des années 60 et pour les années 70 uniquement sur les multicylindres et les METEORE 51 et 60.

Michel
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail  
raduga
Accro Posteur
Accro Posteur


Inscrit le: 13 Mai 2010
france.gif

Localisation: Pyrénées orientales
Âge: 63 Taureau

MessagePosté le: 28/05/2022 11:18    Sujet du message: Répondre en citant

Bonjour à tous,
Avis à tous les "CHAMPOLLION" du forum pour un décryptage, voici la liste des numéros mystérieux frappés sur mes MICRON:

5 AA
1943: 12.3.11
1944: 12.4.1
1945: 21.12.86
1946: 19.4.7, 21.1.35

2,8
1945: 27.5.16

je n'en n'ai pas vu sur les premiers 0,8 AA mais les pattes de fixations sont petites. je n'ai jamais vu également ce type de numéro sur les 10cc (carter fixation radiale ) lancé en 1947. c'est ce point qui me fait penser que cette numérotation a été abandonnée au cours de l'année 1946.

Bonne recherche,
Michel
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail  
raduga
Accro Posteur
Accro Posteur


Inscrit le: 13 Mai 2010
france.gif

Localisation: Pyrénées orientales
Âge: 63 Taureau

MessagePosté le: 23/06/2022 09:30    Sujet du message: Répondre en citant

Bonjour à tous,
Aujourd’hui on traverse l’atlantique et je règle le compteur temps sur 1939 pour vous présenter une grosse cylindrée pour son époque: l’OK TWIN qui est aussi le premier flat twin vraiment produit en série.

En 1931, Bill BROWN va bouleverser le monde de l’aéromodélisme en présentant son BROWN « A », le premier moteur thermique de petite cylindrée fiable et offrant un bon rapport poids/puissance pour l’époque. Le nombre de modélistes utilisant ce type de motorisation va aller crescendo et en décembre 1937, L’International Gas Model Airplane Association compte plus de 4 500 membres. Cet attrait vient du fait que de nouvelles activités et performances inimaginables avec les moteurs CO², air comprimé ou bien caoutchouc sont maintenant possibles. C’est ainsi qu’au milieu des années trente le vol radiocommandé commence à être abordé par plusieurs modélistes. En 1937 c’est officiellement une catégorie de vol lors du « National » la grande réunion annuelle des modélistes américains. Il y a 7 inscrits et parmi eux le jeune Walt GOOD assisté de son frère Bill. Bill a conçu la radiocommande tandis que Walt est le pilote. Si cette année-là Walt ne réalise pas de vols suite à des problèmes techniques, à force de persévérance il va remporter les éditions 1938,1939 et 1940.
Cette nouvelle pratique demande beaucoup de patience et de travail. Les écueils sont nombreux. En effet si la partie « radio » génère beaucoup de problèmes, le côté « propulsion » n’est pas en reste. Les avions sont lourds, voir très lourds. Comme les plus gros moteurs disponibles ont une cylindrée de10 cc et développent en moyenne une puissance d’1/5 de cv, les décollages sont difficiles et le domaine de vol réduit. Au début de 1939, Il n’y a qu’un moteur qui réponde un peu mieux aux problèmes, c’est le FORSTER « B » qui avec une cylindrée de 16 cc a une puissance d’1/3 de cv. Malgré ces difficultés le nombre de pratiquant croit régulièrement. On commence à trouver dans le commerce des éléments radios en kit. Au même moment, Chez les motoristes la concurrence est très vive, une quarantaine de moteurs sont disponible sans compter les productions éphémères. A l’HERKIMER TOOL & MODEL WORKS un des derniers venus qui propose depuis le mois de mai 1938 un 10cc, l’OK, décliné en plusieurs versions, on réfléchit à de nouveaux développements. Bien que le marché des radiomodélistes soit encore un marché de niche, en hypothéquant sur d’autres demandes, il est décidé de concevoir un bicylindre de 20 cc de cylindrée en utilisant un maximum de pièces du 10cc pour limiter les coûts de développement et de production. Baptisé OK TWIN, il est annoncé au cours de l’été 1939, les premiers exemplaires sont disponibles dès le mois d’aout. Avec une puissance d’1/2 cv c’est le plus puissant disponible. Il entraine une hélice de 18’’x 10’’ à 6 000 tr/mn. Bien que vendu 35,00 $, soit 2 à 3 fois le prix d’un 10cc, le succès est au rendez-vous et rapidement une première série de plus de 200 moteurs est écoulée. Pour faciliter la production et améliorer l’aspect visuel les moules en sables du carter sont remplacés par des moules en coquilles. Disponible avant la fin de l’année, ils sont facilement reconnaissables car la peinture noire du carter a été abandonnée. En 1940 il est livré avec un réservoir séparé et les moules sont modifiés pour faire apparaitre les numéros de licences. Avec l’entrée en guerre la production s’arrête, elle ne reprendra qu’en 1946. Le rupteur est nouveau et les cylindres qui sont identiques au SUPER 60 ont maintenant un tube d’échappement. En 1950 les ailettes sur le haut du cylindre disparaissent. Mais la fin de carrière est proche, en 1951 la société HERKIMER se recentre sur les moteurs de moins de 5cc de cylindrées. Une des dernières publicités où figure l’OK TWIN parait dans le MODEL AIRPLANE NEWS du mois d’octobre 1951. Cette fin d’année marque probablement la fin de la production. Il va encore être disponible au cours de 1952 chez certains revendeurs comme le plus grand du moment : AMERICA’HOBBY CENTER à New York qui le fait apparaitre dans ses publicités jusque dans le numéro d’octobre 1952 de MODEL AIRPLANE NEWS. Tout au long de sa carrière l’OK TWIN va rester seul dans sa catégorie car si en 1946 des flat twins comme le VIVEL TWIN 60, le VIKING 65 ou bien le WASP TWIN arrivent, ce ne sont que des 10cc de cylindrée. Il faut attendre les années 70 pour voir des flat twins de 20cc, brièvement en 1971 le KENDEL TWIN et plus longuement le FOX TWIN 1.20 en 1979.




Les fréres GOOD, Bill le spécialiste radio à gauche et Walt le constructeur et pilote. MODEL AIRPLANE NEWS de juillet 1975




Le décollage de Guff. c'est le nom de baptéme de l'avion. Il a une envergure de 2,45 m et pése 2,75 kgs. l'équipenment radio seul pése 900 grs (une seul voie) et le moteur BROWN 520 grs avec ses équipements électriques. Probablement le plus ancien avion RC conservé. Les deux fréres en ont fait don à la Smithsonian Institution en 1960. MODEL AIRPLANE NEWS de juillet 1975



Premiére publicité parue dans le MODEL AIRPLANE NEWS du mois d'aout 1939







Publicité dans le numéro de janvier 1940 de MODEL AIRPLANE NEWS.




Walter HURLEMAN qui construit des moteurs depuis 1933 propose également une large gamme d'accessoires dont des réservoirs intégrés aux moteurs. catalogue 1940




Revue AIR TRAILS de septembre 1949.












Les premiers modélistes français avant les tristes événements du mois de mai 1940 a découvrir l'OK TWIN étaient les rares lecteurs de MODEL AIRPLANE NEWS. Il faut ensuite attendre 1942 dans le numéro de févier et le numéro d'avril 1946 pour que le M.R.A en parle.














A bientôt,
Michel
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail  
raduga
Accro Posteur
Accro Posteur


Inscrit le: 13 Mai 2010
france.gif

Localisation: Pyrénées orientales
Âge: 63 Taureau

MessagePosté le: 23/07/2022 08:37    Sujet du message: Répondre en citant

Bonjour à tous,
Aujourd’hui nouvelle immersion dans la préhistoire du modélisme français avec le sujet du jour, le moteur PRIMA.

A peine un an après qu’Henri FARMAN réalise le premier kilomètre en circuit fermé en avion, en 1909, le 25 juillet, Louis BLERIOT sur son type XI traverse pour la première fois la Manche en avion. Ces développements rapides passionnent un nombre de plus en plus grand de personnes de tous âges. Cette même année peut être également considérée comme le point de départ de l’aéromodélisme de loisir tel qu’il est encore pratiqué aujourd’hui. Les modèles réduits d’aéroplanes pour reprendre les mots employés à l’époque sont majoritairement propulsés par des moteurs « caoutchouc ». Un ou plusieurs brins carrés de caoutchouc sont torsadés et entrainent une hélice. On en est aux balbutiements de cette technique et si les performances sont limitées, le gros avantage c’est qu’ils sont simples à utiliser et peu onéreux. Pour ceux qui recherchent plus de performances, à partir de 1910, deux nouvelles catégories de moteurs vont apparaitre. La première comprend les moteurs thermiques et la seconde les moteurs à gaz comprimés, air ou bien gaz carbonique. Ceux de la première catégorie (voir page 50) vont être très marginaux car la mise en œuvre n’est pas simple, ils sont lourds et surtout très chers. Ceux de la seconde catégorie (voir page 2,3 et 44) sont beaucoup moins onéreux et surtout très simples d’emploi. Une fois l’alimentation en gaz ouverte il suffit de lancer l’hélice. Le PRIMA, sujet du jour appartient à cette catégorie. Je ne sais pas si V.BROUILLET pratiquait l’aéromodélisme ou bien s’il suivait simplement le développement de ce nouveau loisir, toujours est-il qu’il décide de commercialiser un moteur à acide carbonique (terme employé à l’époque plutôt que gaz carbonique). La tâche ne va pas être facile car sur ce créneau somme toute plutôt réduit, il y a déjà plusieurs constructeurs comme A.L, FIEUX, Marcel MARTIN vendu par RADIGUET et MASSOT ou bien encore CETONIA (page 3) et LOSSE (page 2). Sa formation d’ingénieur va lui être utile dans le développement de son moteur, un trois cylindres en étoile. Les cylindres en bronze sont maintenus sur le carter en aluminium par deux colonnettes comme le moteur ANZANI du BLEROIT XI. A l’arrière du carter on trouve le boitier de distribution du gaz carbonique. Chaque piston a un alésage de 16 mm et une course de 18 mm. Avec une cylindrée totale de 10,85 cc c’est un gros moteur dans cette catégorie. Je n’ai pas trouvé d’informations sur la puissance développée mais dans ses publicités V.BROUILLET indique qu’il peut emmener des avions pesant jusqu’à 5 kilos. Il est disponible en 2 versions : rotatif, c’est-à-dire que le vilebrequin est fixe et les cylindres tournent avec l’hélice ou bien fixe, c’est le vilebrequin qui entraine l’hélice. Selon Gems SUZOR, la construction est robuste mais un peu lourde. Il s’intercale entre les FIEUX et A.L plus petit et les Marcel MARTIN. . Il se trouve d’ailleurs directement en concurrence avec le 3 cylindres de ce dernier qui a presque la même cylindrée. Pour rappel cette catégorie de moteur est coiffée par le CETONIA de 64cc que l’on mettrait aujourd’hui dans la catégorie des moteurs pour grands modèles. Les cartouches de gaz employées sont soit celles des extincteurs soit celles utilisées sur certain pistolets fabriqués par la MANUFACTURE d’ARMES et CYCLES de ST ETIENNE. Le poids de ces cartouches suivant leurs tailles varie de 500grs à 1 kg. L’inconvénient de ces moteurs utilisant une grande quantité de gaz c’est qu’il nécessite l’emploi d’un réchauffeur pour éviter le givrage de la tuyauterie d’alimentation lors de la détente du gaz. Il est constitué d’une boite contenant des braises incandescentes au milieu duquel passe le serpentin de gaz. Peu pratique, selon Gems SUZOR, il était assez inefficace. Je n’ai pas trouvé la date du début de la commercialisation mais comme dans la publicité du printemps 1912 on en est déjà au sixième catalogue, il est probable que la première présentation se soit faite au début de l’année 1911. La documentation est rare, je n’ai par exemple trouvé aucunes photos d’époque. Il est probable qu’au cours de la période de production le PRIMA ai connu des modifications. Malgré mes recherches un point qui reste mystérieux c’est l’inscription « M E B » qui est frappée sur la pièce servant à fixer le moteur sur l’avion. Peut-être que la production a été après 1912 assurée par la société « M&B » ou bien « M.E.B », mais alors pourquoi la lettre « E » plus grande. Autre question sans réponse, à cette date V.BROUILLET était-il actionnaire ou bien avait-il vendu la licence de fabrication. Il y a aussi le chiffre 865 de frappé, cela pourrait correspondre au numéro de série bien que je le trouve élevé, la production s’étant arrêtée avec le début de la première guerre mondiale et n’ayant pas été reprise par la suite. Avec le temps peut être que des zones d’ombres disparaitront dans l’histoire de ce moteur.













Ici le modéle "rotatif". Il semble que c'est dans cette configuration que les moteurs à gaz carbonique ont été le plus vendus car tous ceux que j'ai eu l'occasion de voir étaient ainsi. L'hélice a un diamétre de 50cm.




le PRIMA avec à gauche le CETONIA de 64 cc et à droite la premiére génération de FIEUX "C" de 1,5cc.




Coupe du distributeur situé à l'arriére du moteur. M.R.A n°39 de septembre 1941




Dessin du PRIMA avec le réchauffeur. M.R.A n°39 de septembre 1941




Publicité parue dans LA VIE AERIENNE n°10 du 4 mai 1912


Si d'aventure vous passez par ANGER, faite un détour par l'aéroport de Marcé à L'ESPACE AIR PASSION. A coté d'avions grandeurs uniques, il y a aussi l'histoire de l'aéromodélisme au travers de modéles, vieux ensembles de radiocommandes sans oublier des moteurs. C'est là que réside le seul autre PRIMA que je connaisse.

A bientôt,
Michel


Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail  
rapmoz
Stagiaire Posteur
Stagiaire Posteur


Inscrit le: 20 Sep 2017
france.gif


MessagePosté le: 23/07/2022 14:07    Sujet du message: Répondre en citant

Merci Michel, c'est un sujet passionnant, ces moteurs m'ont toujours fait rêver !

voici un petit moteur 7 cylindres en étoile "Gnome" datant des années 1910 et très joliment reproduit.
Bien que non fonctionnel, il est monté sur roulements à bille et était destiné à un usage bien précis, saurez-vous deviner lequel ?







Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé  
raduga
Accro Posteur
Accro Posteur


Inscrit le: 13 Mai 2010
france.gif

Localisation: Pyrénées orientales
Âge: 63 Taureau

MessagePosté le: 23/07/2022 18:56    Sujet du message: Répondre en citant

Bonjour Christian,
dommage qu'il ne ne soit pas fonctionnel. Cela reste néanmoins une jolie piéce.
Avec une hélice métalique plus petite, je l'aurais bien vu comme mascote sur un bouchon de radiateur de voiture des années 20/30.

Michel
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail  
rapmoz
Stagiaire Posteur
Stagiaire Posteur


Inscrit le: 20 Sep 2017
france.gif


MessagePosté le: 23/07/2022 19:01    Sujet du message: Répondre en citant

C'est bien ça ! j'aurais du te mettre hors concours ! Wink

https://www.artcurial.com/fr/lot-moteur-gnome-2373-53


Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé  
Polecat
Fidèle Posteur
Fidèle Posteur


Inscrit le: 08 Oct 2011
retroland.gif

Localisation: Valflaunès
Âge: 59 Vierge

MessagePosté le: 24/07/2022 14:34    Sujet du message: Répondre en citant

Et oui, il ne faut pas oublier que Michel cumule les micro moteurs et l'automobile ancienne élégante...
A plus,
Rémy
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
raduga
Accro Posteur
Accro Posteur


Inscrit le: 13 Mai 2010
france.gif

Localisation: Pyrénées orientales
Âge: 63 Taureau

MessagePosté le: 27/08/2022 18:53    Sujet du message: Répondre en citant

Bonjour à tous,
Aujourd’hui suite à de récentes acquisitions retour sur 3 moteurs que je vous ai présenté.
Le premier concerne le MICRON CELTIC (page 42). La différence se situe au niveau du bouchon de carter. Dans le fond il y a maintenant une nervure qui vient de moulage et les deux fentes usinées sur le pourtour pour assurer le démontage ont disparu. Je ne vois pas l’utilité de cette nervure car comme elle a peu de relief, elle offre une très mauvaise prise à une pince pour dévisser le bouchon de carter. En fait la seule solution maintenant pour y arriver c’est d’employer une pince multiprise ce qui va immanquablement laisser des marques. Quant à savoir s’il s’agit de la première ou bien de la dernière évolution de cette seconde génération de CELTIC, le mystère reste entier.




Pour mieux voir j'ai retiré la cuve en plastique du réservoir sur celui de gauche. Par contre j'en recherche une pour celui de droite.

Le deuxième concerne le premier modèle de METEORE 2,5cc (page 51). La modification porte sur le carter de la version à fixation par pattes latérales, il englobe le bouchon de carter. Ici la datation ne pose pas de problème car le moteur est neuf et dans sa boite et il y a les podiums réalisés par les moteurs MICRON en 1953 aux championnats de France avion. Si on le compare à la version à fixation radiale, hormis la disparition des 3 pattes le dessin est identique. Il n’est donc pas impossible que ceux où le bouchon de carter est bien visible et plus facilement démontable soient les derniers produits avant la seconde génération de METEORE 2,5cc lancée en 1955 (page 51). Ce qui me conforte dans cette idée sachant que MICRON ne faisait que très rarement évoluer les photos sur les documents ou publicités lors de leurs mises à jour, c’est le feuillet de présentation de la version glow page 51 qui montre bien le carter entourant le bouchon. Un détail qui m’avait échappé jusqu’à présent.











Le palmarés MICRON aux Championnats de France avion 1953.

Enfin pour finir c’est le S.D.I distribué en exclusivité par La Source des Inventions le célèbre magasin parisien qui est concerné. Je l’avais présenté il y a déjà bien longtemps à la page 3. Avec l’acquisition de ce deuxième exemplaire, un détail me saute aux yeux. A la différence du premier la culasse n’est pas usinée mais moulée. En préparant la première présentation j’aurais pu le voir car sur les documents du magasin la culasse est moulée. Il est probable que lorsque le stock de culasses moulées a été épuisé, devant la faiblesse des ventes il a été décidé de réaliser les culasses par usinage plutôt que de passer une nouvelle commande à la société réalisant les moulages.








Une publicité parue dans le M.R.A n°441 du mois d'août 1976.

A bientôt,
Michel
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail  
outremanchot
Fidèle Posteur
Fidèle Posteur


Inscrit le: 11 Jan 2012
uk.gif

Localisation: Indre et Loire
Âge: 83 Vierge

MessagePosté le: 27/08/2022 19:20    Sujet du message: Répondre en citant

Michel bonsoir,
Pour savoir quel bouchon de carter était "le premier", il suffirait de voir lequel des deux correspond à celui du premier Celtic (réservoir en laiton, etc.).
Ensuite, je pense que la nervure correspond surement à un outil spécifique, "fait pour", afin de décourager les bricoleurs comme nous !
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé  
raduga
Accro Posteur
Accro Posteur


Inscrit le: 13 Mai 2010
france.gif

Localisation: Pyrénées orientales
Âge: 63 Taureau

MessagePosté le: 29/08/2022 11:09    Sujet du message: Répondre en citant

Bonjour Brian,
effectivement l'emploi d'un outil spécifique pour devisser le bouchon de carter est une piste surtout que le CELTIC est à la base un moteur pour débutant.
Sinon sur la photo ce sont tous les deux la seconde génération de CELTIC: culasse anodisée en rouge et cuve en plastique maintenue par une bride en corde à piano. En y réfléchissant, sachant que toutes les piéces moulées étaient réalisées par des prestataires extérieurs, je pense que le bouchon avec la nervure a été réalisé une fois que le stock de premiers bouchons a été épuisé et a donc équipé les tous derniers CELTIC. Avantage aussi, l'économie d'un usinage.

Michel
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail  
rapmoz
Stagiaire Posteur
Stagiaire Posteur


Inscrit le: 20 Sep 2017
france.gif


MessagePosté le: 11/09/2022 11:15    Sujet du message: Répondre en citant

On s'éloigne un peu des moteurs d'avion mais vu sur eBay USA, cette reproduction d'un racer circulaire "Zéphir" (?) de Gems Suzor.

Le vendeur explique que le kit était commercialisé par le magasin R H à Paris.
Vous connaissiez ???

https://www.ebay.com/itm/185573810868?mkevt=1&mkpid=0&emsid=e11021.m43.l3160&mkcid=7&ch=osgood&euid=a7fc200ff9c24c269fa1c0e1cdd85e04&bu=43185075667&ut=RU&exe=0&ext=0&osub=-1%7E1&crd=20220910031026&segname=11021
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé  
raduga
Accro Posteur
Accro Posteur


Inscrit le: 13 Mai 2010
france.gif

Localisation: Pyrénées orientales
Âge: 63 Taureau

MessagePosté le: 12/09/2022 09:49    Sujet du message: Répondre en citant

Bonjour Christian,
inconnu pour moi, vais faire des recherches.

Michel
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail  
outremanchot
Fidèle Posteur
Fidèle Posteur


Inscrit le: 11 Jan 2012
uk.gif

Localisation: Indre et Loire
Âge: 83 Vierge

MessagePosté le: 12/09/2022 10:21    Sujet du message: Répondre en citant

Ce qui est étonnant, c'est que GEMS commercialisait sa petite production par son propre magasin "Le Tableau de Bord", place de la Porte d'Auteuil (qui existait toujours, inoccupé, longtemps après le décès de GEMS).
Comme, dans le cas présent, il s'agit d'une source américaine, il est parfaitement possible que l'auteur se soit trompé ou qu'il ait mal interprété quelque chose...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé  
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    RETROPLANE.net Index du Forum -> Aéromodèles Antiques Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page Précédente
1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13, 14, 15, 16, 17, 18, 19, 20,
21, 22, 23, 24, 25, 26, 27, 28, 29, 30, 31, 32, 33, 34, 35, 36, 37, 38, 39, 40,
41, 42, 43, 44, 45, 46, 47, 48, 49, 50, 51, 52, 53, 54 Suivante
Page 53 sur 54

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers
Vous pouvez télécharger des fichiers

Zone de Téléchargement du Forum et Site Retroplane


Images aléatoires album Retroplane, clic pour Agrandir

Forum en Flux RSS